En Vallée Française

Gabriac petite route autant tranquille que pentue

Outre une beauté incontestable, la Vallée Française recèle quelques raidars non évoqués sur le site. Saisissons l’occasion de survoler quelques unes de ces bosses qui ne sont pas des cols mais qui laissent des souvenirs impérissables à ceux qui les empruntent.
Il ne s’agit pas de dresser un inventaire comptable de toutes les montées de la vallée j’en oublierais certainement, je n’ai retenu “que” cinq belles ascensions, toutes regroupées dans un périmètre restreint dont le départ se situe à proximité de Ste Croix Vallée Française, elles ont toutes en commun des passages dont la pente est supérieure à 10-12%. Enfin la description se fait toujours dans le sens de la montée de la route principale :

  1. La montée de St Martin de Lansuscle : A la sortie du village de Ste Croix, on prend à droite direction le village susnommé, et on met tout à gauche, car il n’y a pas d’échauffement. La montée est sévère sur 2-3 kms avant de s’adoucir. Arrivé au village plusieurs options se présentent dont le COL DE MALHAUSSETTE qui offre un répit, ou le PLAN DE FONTMORT qui implique la poursuite de l’effort.
  2. La côte de Faubies se prend 3 kms avant Ste Croix sur la gauche à hauteur du lieu dit Fez-Roland direction St Roman de Tousque. L’ascension longue de 4 kms environ rejoint la route de la corniche. C’est court mais intense…
  3. Les trois dernières ascensions partent à peu près du même endroit, dans le village de Ste Croix Vallée Française, on aura tourné à gauche et traversé le Gardon sur le pont neuf situé à l’entrée du village :
    On prend à gauche, la route  sort du village et monte vers la corniche dans une direction Sud Est. de bons pourcentages sont au rendez-vous sous les châtaigniers, c’est, je crois, la côte du curé.
  4. Deux cyclistes en haut de la côte de Fobies au printemps

  5. La montée vers Gabriac nécessite de traverser le village sous le château, un passage irrégulier avec une légère descente puis c’est une fourche avec un petit pont en pierre, on opte pour la gauche, ça ne semble pas monter mais ça ne durera pas. La montée est assez régulière, elle offre une belle vue sur la vallée traversant hameaux, sous bois, puis des prés avant de finir sur la corniche direction Le Pompidou. Cette ascension me semble être la plus dure du plateau avec un long passage qui oscille entre 11 et 14%. (Voir le profil en bas de page).
  6. La dernière ascension, ou montée de Soulatges se distingue de la précédente au niveau de la fourche, il faudra traverser le pont en suivant “Le Pompidou” puis c’est l’ascension qui monte en lacets sans tarder, en se donnant des airs d’Alpe d’Huez. La montée est irrégulière en paliers successifs, et fait face à la précédente dans le valat avant d’aboutir à quelques hectomètres du Pompidou. Versant sud et Chênes verts sont au rendez vous sur les 2/3 de la montée.

Voilà quelques idées de parcours pour les plus courageux !

Un lien vers l’altigraphe du COL DE SOLPERIERE qui emprunte la terrible montée de Gabriac décrite ci-dessus


Flux RSS 2.0 des commentaires.

Réagissez

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.

Copyright © Vélo en Cévennes 2017 . Vélo en Cévennes est propulsé par WordPress et le thème Ani World. Rédaction : J-J. Travier.