Un contour des Cévennes

«Les Cévennes c’est mille et une choses faites par l’homme et la nature, pour former un ensemble varié et harmonieux.»

Le col du Pas versant sud

J’aurais dû choisir une île, comme la Corse ou la Guadeloupe pour mes randonnées à deux roues, la question du périmètre était déjà réglée !

Les Cévennes c’est une appellation d’origine non contrôlée à géométrie variable, tant il y a de définitions. J’en veux pour preuve, qu’à ce jour la localisation de son centre de gravité, son cœur originel n’est toujours pas arrêtée, la moitié de ses habitants déclare y résider !

Il y a les Cévennes historiques sculptées par les imprévisibles Gardons, celles des schistes plus vastes, celles de l’incontournable AIGOUAL. On peut y ajouter à loisir les Causses à l’ouest, immenses plateaux de calcaires, le Lozère et le Bougès massifs granitiques au Nord, les bassins houillers et la haute vallée de la Cèze à l’Est qui tutoient la montagne Ardéchoise, puis au Sud les Cévennes-Garrigues, etc.…

Le col du Pas versant nord
Ayant parcouru sur la toile bon nombre de sites traitant des Cévennes, dont certains remarquables, j’en ai tiré, outre une évasion virtuelle oh combien bienfaitrice, ma propre définition, mélange de sensations recueillies sur le terrain, de savoir empirique inculqué dès l’enfance, et d’une nécessaire largesse d’esprit propre à satisfaire mes envies d’escapades et mon appétit pour les cols.
J’ai à peu près repris le périmètre du parc national des Cévennes, pour ce qui est de sa zone périphérique (finalement ces technocrates parisiens ne sont pas si incultes que ça !)

En bon chasseur de cols, j’ai quelquefois dépassé ses limites pour aller cueillir un ou deux sommets voisins, et me suis même aventuré chez nos voisins Aveyronnais.
Le col du Pas versant Est
J’ai ainsi opté pour des Cévennes au sens très large, au risque de froisser quelque Calbertois sourcilleux, qu’il me pardonne ! Le dépaysement et la force de mes mollets y ont gagné, peut être au détriment de l’authenticité des parcours.

Les frontières choisies sont finalement presque naturelles, puisque les gorges de la Vis, de la Dourbie et du Tarn constituent les limites à l’Ouest et au Sud. Les plaines de l’Est et du Sud à la périphérie de St de Hippolyte du Fort, Alès et St Ambroix ne présentent que peu d’intérêt. Au Nord, au delà d’une ligne Balsiège- le Bleymard – les Vans partiellement tracée par la D901 d’autres mondes s’offrent au cycliste. A l’intérieur de ce périmètre on dénombre 115 cols routiers et plus de 230 ascensions.

Nota : Administrativement les départements du GARD et de la LOZERE couvrent grosso modo chacun 50% de la surface du territoire cévenol. S’y ajoutent une pincée d’ARDECHE, une pointe d’AVEYRON et un soupçon d’HERAULT.


Flux RSS 2.0 des commentaires.

1 commentaire »

 
  • Amélie dit :

    Quelle magnifique région. Pas besoin de partir au bout du monde, on peut être au bout du monde non loin de chez soi et sans avoir un impact carbone néfaste pour notre planète…

 

Réagissez

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.

Copyright © Vélo en Cévennes 2017 . Vélo en Cévennes est propulsé par WordPress et le thème Ani World. Rédaction : J-J. Travier.