insertion du CSS dans le fichier html



Le Mont Aigoual

N° d’ordre (sur cartes et tableaux site): 1 Altitude: 1567m Nombre d’ascensions: 10

VISITER LA GALERIE PHOTOS

Les 10 Ascensions en graphes

Survolez la carte avec la souris puis cliquez sur un des nom de « village départ  en rouge » pour ouvrir l’altigraphe maison :

une carte des ascensions de l'Aigoual

Description des 10 Ascensions :

Point culminant routier des Cévennes il est le sommet emblématique du massif. Sa station météo unique en France mérite le détour. On ne dénombre pas moins de 10 ascensions distinctes et plus avec les variantes, de quoi s’y promener quelques sorties avant d’en avoir fait le tour ! On peut scinder ces ascensions en deux groupes: Il y a les 6 ascensions « Sud » dont LE COL DE LA SERREYREDE est la porte d’entrée obligatoire pour atteindre le Graal, et puis les quatre dernières passant par le Nord qui ont en commun, la partie finale depuis Cabrillac. Ci dessous un descriptif des 10 ascensions numérotées dans le sens horaire de la carte à partir de l’ascension de Pont d’Hérault-Valleraugue, la plus connue :

  • Le versant Est depuis Pont d’Hérault est l’itinéraire touristique, il longe la vallée de l’Hérault c’est un long faux plat qui passe dans Valleraugue jusqu’à l’épingle du « Mallet ». Ensuite la route s’élève en lacets dans une pente plus respectable vers l’Espérou, puis de nouveau faux plat sur 1,5 km jusqu’au COL de la SERREYREDE. Enfin les 7 derniers km communs aux 6 ascensions montent tout aussi régulièrement en passant soit par le COL de PRAT PEYROT, ou bien sous la station météo et le COL DE TREPALOUP situé à 800m du sommet.
  • L’ascension S-E depuis Le Mazel par le COL DE PEYREFICHE, LE COL DES VIELLES, LE CAP DE COTE, et LE COL DE LA LUSETTE, offre les plus grandes difficultés dans des paysages magnifiques et variés. Arrivé à la LUSETTE, léger faux plat puis descente pour souffler jusqu’à l’Espérou. deux variantes au choix: La première depuis Le Rey sur la D999, passe dans la vallée de l’Arboux jusqu’à Mandagout, la deuxième depuis le Vigan via le COL DES MOUREZES puis Mandagout est plus directe. Notons que l’on est en présence du col le plus dur de tout le massif central selon les experts de la confrérie des 100 cols.
  • L’ascension Sud depuis Le Vigan, par les COLS DE LA CRAVATE, DE LA SABLIERE, DE LA BROUE, DU MINIER avant de rallier l’Espérou me semble être plus régulière mais pentue. Encore une variante en prenant sur la droite au COL DE LA BROUE direction les COLS DE GIRALENQUE et de MONTALS en passant devant la cascade d’Orgon, pour arriver à l’Espérou. Montée mythique sur route impeccable , et vue imprenable.
  • L’ascension S-O depuis St Jean du Bruel, en remontant les magnifiques gorges de la Dourbie est remarquable. On passera par le COL DE PIERRE PLANTEE et le COL DES RHODES, une variante consiste à remonter jusqu’au village de Dourbies par la rive gauche de la rivière en passant par le hameau du Viala, dans une ascension plus régulière sur une route faite pour le vélo tant les autos y sont rares. La route du Suquet depuis LE COL DES RHODES évite cette descente pour revenir au dessus des gorges du Trèvezel.
  • Depuis Trèves, c’est le Trèvezel qu’on longe avant de monter sur le plateau au niveau de Camprieu. Quoiqu’on puisse encore monter sur sa gauche par la D252 pour une énième variante sur sur route étroite, raide et confidentielle.
  • En partant de Meyrueis par le Sud, le COL DE MONTJARDIN puis le passage devant l’abîme de Bramabiau ponctuent un parcours facile hormis les 5 premiers kms, et le passage au bout de côte.
  • Toujours depuis Meyrueis, mais par le versant Nord Ouest, c’est la Jonte qui vous accompagnera jusqu’au COL DU PERJURET dans un paysage de landes, avant de rejoindre LE COL DE FOURQUES et le flanc Nord de notre objectif via Cabrillac. La partie finale avec passage au PLO du FOUR est un peu plus raide.
  • L’itinéraire Nord débute aux Vanels quoique certains jugent le départ depuis Florac. On serpente dans le fond de vallée du Tarnon. L’ascension du COL DE PERJURET par le versant N-E, celui là même qui fut fatal aux espoirs de victoire de Roger Rivière dans le Tour 1960 ( dans l’autre sens), ouvre les hostilités, arrivé au col c’est le même parcours.
  • L’ascension Nord depuis Rousses s’élève au dessus des gorges du Tapoul passe dans le hameau de Massevaques pour atteindre le « périphérique » autour du hameau de Cabrillac.
  • La dernière ascension débute à St André de Valborgne, la montée est dans un premier temps régulière sur la D907 dans la châtaigneraie, puis on tournera à gauche 1 km avant le tunnel du Marquairès et la descente vers Rousses en direction du COL SALIDES. Là encore, une variante consiste, dès la fourche à la sortie de St André, à prendre à droite, puis traverser le Gardon au niveau de Pont Marès, le remonter sur sa rive gauche direction Bassurels, le retraverser, puis monter encore jusqu’au hameau des Salides, puis rejoindre la D907. Un point de vue magnifique au COL SALIDES permet d’observer la transformation des paysages entre les versants méditerranéen et atlantique. Ensuite c’est une courte descente vers Gazeiral pour traverser le Tarnon, puis remonter sèchement vers le hameau de Cabrillac, la suite vous connaissez…Il s’agit de la deuxième ascension au niveau de la difficulté, et celle qui offre probablement la plus grande variété de paysages.

Bonne route !


Flux RSS 2.0 des commentaires.

Réagissez

XHTML : Vous pouvez utiliser ces balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Copyright © Vélo en Cévennes 2014 . Vélo en Cévennes est propulsé par WordPress et le thème Ani World. Rédaction : J-J. Travier.