Le cirque de Borgne

VISITER LA GALERIE PHOTOS

vue sur la vallée Borgne

Je vais d’emblée tordre le cou à une idée reçue : Non la vallée Borgne ne doit pas son nom à une quelconque obstruction de son extrémité comme je l’entends quelquefois, d’ailleurs, il ne s’agit pas d’une singularité, la plupart des vallées se terminent par un col d’altitude à la grande joie des chasseurs d’obstacles que nous sommes ; le Galibier et le Tourmalet en sont des illustres exemples. Alors, est-ce dû à son intérêt visuel amputé de moitié ? Eh bien non plus, cet article va peut être finir de vous en convaincre.
Bien, cher lecteur, je devine en vous une soudaine montée de curiosité que je vous permet d’apaiser sans délai, en suivant ce petit lien.

Au risque de paraître un brin donneur de leçons, je me propose de jouer à nouveau à l’apprenti géographe, histoire de taquiner les éditeurs de cartes, comme je le fis pour Le Lot cet imposteur ou bien dans Baptêmes à la chaîne. En fait, à l’évidence c’est avant tout ma manière à moi de clamer mon admiration pour ce lieu sans nom qui mérite à minima un petit article dans un petit blog… J’ai horreur de l’injustice !
Ce sont très exactement 3,800 km de route en corniche entre les COLS DU PAS et DE L’ESPINAS dont je veux vous parler : Sur les cartes point de repère pour ce site magique qui décrit un bel arc de cercle, il est grand temps de réparer ce fâcheux oubli !

route en vallée Borgne

La qualification de cirque s’est imposée à moi immédiatement, tant il me rappelle le cirque du Litor, dans les hautes Pyrénées, qui s’étend également entre deux cols : Du Soulor à l’Aubisque. (La chasse aux cols ça laisse des souvenirs…)
Le Nom de Borgne n’est pas original non plus puisque nous sommes dans la vallée Borgne et que le ruisseau « la Borgne » prend sa source ici même ; alors…
L’entrée dans notre cirque de Borgne se fait par le haut, idéalement en montant depuis St André de Valborgne, comme pour mieux être happé par la soudaineté et la grandeur du panorama qui s’offre à nous.
Nous voilà pris de vertige tel le funambule sur son fil à la vue du toit du chapiteau constitué de crêtes reconnues ou anonymes, plus ou moins lointaines, du pic de Borgne tout à coté, en passant par le Fageas juste en face, voire la Lusette sur la droite.
On marque l’arrêt devant le drapé de la scène de ce théâtre naturel dont le velours rouge écarlate fait place à une palette de verts.

Et c’est parti pour un petit tour de piste (aux étoiles), un petit parcours de récupération après l’ascension du col :
Rotation de la tête à droite pour détailler les variations de teintes du schiste nacré, orangé ou anthracite selon le filon,
Rotation à gauche pour visualiser les diverses essences de résineux, les châtaigniers…

Vue plongeante sur le fond de vallée, En vallée Borgneses routes, ses mas ses sentiers…
Vue sur les cimes, les arbres alentours, les replis de terrain qui alternent avec les arêtes, les bruyères et autres ruines sur le serre qui monte jusqu’à Aire de côte…
Ainsi sur ce ruban de bitume sinueux et idéalement plat on s’offre une dizaine de minutes de massage des cervicales avec en prime une nuée d’images en souvenir, tout occupé qu’on est à tenter de reconnaitre un sommet, un col, un bout de chemin, une fleur…
Ne faites pas trop le clown ou l’acrobate sur votre vélo tout de même !

La croix de Lorraine, ponctue l’arrivée au COL DU PAS, à l’autre bout du cirque, avec la vallée de l’Hérault en point de mire qui propose un autre programme dont je vous ai maintes fois parlé. Aujourd’hui je retourne d’où je viens pour une deuxième représentation, même si j’ai tout compris de ce tour de magie, histoire de parfaire ma séance de kiné ; et puis je jetterai encore un œil sur la vallée Borgne !


Flux RSS 2.0 des commentaires.

Réagissez

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.

Copyright © Vélo en Cévennes 2017 . Vélo en Cévennes est propulsé par WordPress et le thème Ani World. Rédaction : J-J. Travier.