Le col de Lamira

Col de LAMIRA: N° d’ordre: 114 – Altitude: 280 m – Nombre d’ascensions : 1

au Col de Lamira

Le col de LAMIRA est probablement l’un des cols les plus empruntés des Cévennes tout en étant un des moins connus. Il constitue en effet la porte d’entrée principale de la vallée Française, point de passage privilégié du canton où s’engouffrent estivants quand les beaux jours arrivent, touristes de passage et autres cyclos en mal de montagne. Autre paradoxe, cet insignifiant obstacle a été baptisé d’un nom dont l’anagramme Amiral le classerait à la tête de notre armada de cols cévenols qui compte pas moins de 115 navires. Une si petite difficulté, indolore pour la plupart d’entre nous, pour accéder à une si belle vallée, le voilà maintenant à faire mentir l’adage selon lequel la récompense est proportionnelle à la difficulté ! Finalement c’est la Direction Départementale des Territoires (DDT) qui est la plus cohérente en négligeant de sceller un panneau en haut de notre pseudo obstacle.

Vue sur Le Masbonnet

Vous êtes tenté de découvrir le coin, partir à l’abordage ? Démarrez donc de St Jean du Gard, et prenez la direction de St Étienne Vallée Française. Le feu tricolore sur la rocade constitue le point de départ de votre ascension. Finalement cela se limitera à deux kilomètres sur la D983, ça ne monte véritablement que lorsque vous aurez délaissé la route de Mialet à droite au profit de celle plus confidentielle en face. Une poignée de virages dont un bien formé (qui peut s’avérer dangereux en descente), c’est bien la seule résistance qu’aura pu opposer ce frêle esquif. Comptez une poignée de minutes de molle bataille, quelles coups de semonce sur le 50 dents et vous serez sur le pont, nul besoin de mines, un pétard humide fera l’affaire ; fini la galère ! L’arrivée se situe donc à un carrefour dans les pins, identifiable à la colline de grès à tribord grignotée pour l’aménagement routier. Bientôt il en sera tout autrement le schiste dominera sans partage et brillera sur les flancs de la route, comme l’écume sur l’étrave. Vous êtes à l’impressionnante altitude de 280 mètres. Voilà un nouveau col sur votre tableau de chasse, certes un triomphe sans gloire, mais un beau coup de Trafalgar ! Je vous fais grâce de l’autre versant qui est une arrivée pour sprinteurs-descendeurs.

St Germain de Calberte

Mais au fait, notre pacha méritait-il un article ? Non bien entendu au regard des torpilleurs de jarrets que sont le COL DE LA LUSETTE ou le COL DU PRE DE LA DAME il fait figure de chaloupe de sauvetage. Maintenant que vous avez franchi ce col, allez à la découverte de la vallée car ici, exceptionnellement, la récompense visuelle se situe après l’obstacle, et c’est finalement ces hautes vallées en amont du Gardon de Mialet qui sont à la source de mon inspiration du jour :le panneau de St Martin
Lorsque vous sillonnerez les routes de la vallée Française vous ne trouverez pas de cols médiatiques, hormis peut être, le COL DES FAÏSSES ou le PLAN DE FONTMORT. L’aspect authentique et secret est certainement l’atout majeur de cette admirable vallée privilégiée par les connaisseurs, et inconnue des néophytes. Car cette contrée a un potentiel quasi inépuisable de découvertes de petites routes enchanteresses émaillées de montées inoubliables, de traversées de superbes petits hameaux ou écarts. Il faut que je vous précise que quand on parle de vallée, le terme est ici forcément réducteur tant le terrain est accidenté et se caractérise par un dédale de bosses et de valats, qui en font un véritable labyrinthe.

Comme à l’accoutumée, je ne vous proposerai pas un parcours en particulier, je ne mettrai même pas en avant ni aucun lieu, ni aucun village, mais je vous invite à oser les voies mal goudronnées, incertaines, celles qui semblent être des impasses, elles débouchent souvent sur une autre route permettant ainsi de faire une  boucle, à la plus grande satisfaction de l’explorateur que vous êtes. Il n’appartient qu’à vous d’en choisir l’ordre de la découverte, d’en retenir vos coins préférés, puis d’y revenir car l’émerveillement est toujours au rendez vous, la fatigue aussi…


Flux RSS 2.0 des commentaires.

Réagissez

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.

Copyright © Vélo en Cévennes 2017 . Vélo en Cévennes est propulsé par WordPress et le thème Ani World. Rédaction : J-J. Travier.