Tour de France 2018 : La 14emme étape en Cévennes

Vue générale d'une vallée cévenole
Le Tour de France 2018, passera en Cévennes le samedi 21 juillet lors de la 14iemme étape « Saint-Paul-Trois-Châteaux – Mende », longue de 187 km ! Voilà un événement à coté duquel je ne pouvais passer.

La première « étape » fut donc de recueillir quelques renseignements glanés sur la toile ou auprès d’institutionnels locaux, ce ne fut pas facile, car les organisateurs aiment ménager le suspense ; je n’ai finalement recueilli qu’une poignée de jalons, tout de même suffisant pour présenter un parcours fiable.
Depuis une paire d’éditions, les organisateurs du Tour se sont attachés à proposer des parcours innovants, avec des secteurs passant sur des routes plus étroites, plus confidentielles, cherchant des cols inédits au détriment de cols mythiques, finalement, une philosophie de tracé qui colle parfaitement à notre terrain de jeu favori.
Viaduc de Chamborigaud
J’en veux pour preuve, un tronçon de l’étape 10 « Annecy- Le Grand Bornand » également support de la cyclosportive « l’Etape du Tour » passera par une étroite et vertigineuse route qui monte « au delà du bitume » sur le plateau des Glières. Un lieu, son histoire et sa route d’accès qui présentent d’étranges similitudes avec Aire de Côte dans le massif de l’Aigoual.

En conclusion, me voilà en mesure de vous présenter en avant première « s’il vous plait » le tracé de cette étape en grande partie cévenole. Lorsque le parcours s’est avéré imprécis, j’ai osé quelques variantes fantasmées mais plausibles au regard de ce que j’ai évoqué plus haut.
En prime deux altigraphes « maison » illustrent les deux principales difficultés du jour :

C’est une certitude cette étape empruntera intégralement les gorges de l’Ardèche depuis Saint-Martin jusqu’à Vallon pont d’Arc; une succession de monte-baisse propices à la constitution d’échappées, une belle mise en bouche dans ce cadre grandiose, dont la grande arche de calcaire sera témoin. Auparavant la traversée de la vallée du Rhône n’aura présenté aucun intérêt tant sur le plan sportif que visuel.
A la sortie de Vallon pont d’Arc, il est probable que le peloton se dirigera vers Ruoms pour tourner au sud sur la D111, à moins que les organisateurs aient opté pour le diabolique rocher de Samzon et ses pentes à plus de 10% avant de réintégrer la plaine de Berrias par la D111 puis la D104 jusqu’à St Ambroix ! Ils délaisseront sûrement à l’ouest les premiers plissements cévenols tels que les COLS DU GRAND CHÂTAIGNIER et DE PIGÈRE
Le passage dans St Ambroix marquera l’entrée du peloton en Cévennes après avoir longé sa lisière depuis St Paul le Jeune ; puis ce sera la remontée de la vallée de la Cèze jusqu’à Bessèges.

La grosse difficulté du jour sera incontestablement le Panneau Croix de Berthel
COL DE LA CROIX DE BERTHEL dont l’ascension n’est jamais très raide, est longue de 39 km depuis Bessèges.
Le tracé précis jusqu’à Belle Poile m’est inconnu, j’opte pour la D29 enjambée par le viaduc de Chamborigaud qui passe au Chambon en remontant le Luech. Le plan B serait le passage par Dieusses depuis Peyremale, empruntant ainsi une route qui domine par le nord cette vallée et dont la pente est plus irrégulière, ou pourquoi pas pour le plan C le passage par le col de Portes et le hameau des Bouziges traversé par la D453, l’option la plus radicale des trois.
Point de passage obligé des trois options, le COL DE VALOUSSIERE passera inaperçu, tant il est dans la continuité de la pente présente depuis Peyremale, par contre les huit derniers km de l’ascension seront certainement le théâtre d’attaques de baroudeurs, car la pente y est plus respectable, notamment après la sortie de Vialas, les places en bord de route seront chères à proximité de St Maurice de Ventalon !


 Le truc de Miret, le truc des Bondons et l’eschino d’aze avant le col de Montmirat

Changement de décor radical, après le passage du col sur le versant atlantique plus frais et plus arrosé. Le parcours passera par la RD35, à partir de ce jalon il est évident que le peloton descendra jusqu’au Pont de Montvert, magnifique village aux maisons de granit marqué par l’histoire du protestantisme, pour remonter 500 m après la sortie du bourg vers Rûnes et Fraissinet de Lozère sur le mont Lozère par la D35 donc. le point culminant sera la Baraque de l’air (1246 m), et non le COL DE MONTMIRAT. Voilà pour l’avant dernière difficulté de la journée, qui est caractérisée par les paysages ouverts du mont Lozère, la présence de chaos granitiques typiques, et de mégalithes sur la Cham des Bondons; en tout cas des paysages magnifiques que ne manqueront pas de mettre en valeur les réalisateurs de France 2 avec l’appui de vues aériennes qui donneront un aperçu de notre vaste terrain de jeu favori ; de quoi donner des idées à Christian Prudhomme pour les prochaines éditions…


Vue au col de Montmirat

Il s’agira ensuite de récupérer dans la descente du COL DE MONTMIRAT sur la N106, direction plein nord, jusqu’à Balsiège à 10 km environ de l’arrivée, Voilà c’en est fini du séjour en Cévennes (selon le contour défini arbitrairement dans ce site). Direction Mende avec la montée « Jalabert » qui se dressera une nouvelle fois devant le peloton et qui clôturera en beauté cette quatorzième étape ; cette bosse là inutile de vous la présenter tant elle est devenue mythique un certain 14 juillet 1995, il y a 23 ans déjà !

Rendez-vous est pris pour ce samedi 21 juillet 2018, et quelques semaines avant pour des reconnaissances grandeur nature !


Flux RSS 2.0 des commentaires.

1 commentaire »

 
 

Réagissez

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.

Copyright © Vélo en Cévennes 2018 . Vélo en Cévennes est propulsé par WordPress et le thème Ani World. Rédaction : J-J. Travier.